Extraits & nouvelles, Recueil

Clairvoyance

Je me brise au silence
Le temps s’achève, en tournoyant
Comme une étoile éphémère
Je prends la mer
Mère des soucis
Claire des oublis
Je navigue sur des flots de jouvence
Et tue l’ennui
Je prends, prends le tourment
Je flotte, divague, me languis
Pour une langue de terre
Qui rejoint l’amer
La mère de l’air
L’éther
Je m’élance
Je m’avance en souffrance
Je tue le temps
Je vogue sur des vagues de vent
Je touche l’étoile, je la sens
Elle me parle d’espérance
J’attends
J’entends
Rien que le silence
Tellement
Tellement de bruit
Dans cette nuit alanguie
Qui rougit
Au firmament
Du ciel étoilé de la nuit
La nuit de ma délivrance
Clairvoyance
La nuit de ma vie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s